23 juin, quand faut y aller…

23 juin, quand faut y aller…

Malgré encore une douleur, certe moins forte qu’hier je décide de partir sur le chemin de bonne heure.

Dans les montées ça va, dans les descente je déguste.

J’arrive à La Grave vers 14h00, c’est le moment de la pause à l’ombre.

Deux heure plus tard je repart, un peu rouillé mais sans douleurs !

Sauf qu’entre temps à force de compenser mon appuis sur ma jambe gauche avec mon bâton droit j’ai une belle ampoule sur la paume droite.

Les photos du jour.

Une passerelle pour un point de vue au dessus du vide. Je vous avouerai que je n’ai pas osé aller jusqu’au bout.
22 juin, ça ne va pas mieux !

22 juin, ça ne va pas mieux !

Et bien ce matin ça ne va pas mieux, du coup je m’offre une journée de repos.
J’espère que je pourrai repartir demain
Voilà une journée de repos passer dormir, bien manger, lire et pas forcément dans cette ordre. Ha et aussi faire une photo d’un rapace que je pense être un gypaète barbu, a vérifier.

Demain sera un autre jour, j’espère être assez en forme pour reprendre le chemin.

21 juin, deuxième chute !

21 juin, deuxième chute !

Dimanche après une nuit en bivouac à 1700m un peu fraîche les premiers vues sur la haute montagne.
Deuxième jour, deuxième chute !
Contrairement à la première pas d’égratignure mais de bons hématomes dont un au mollet gauche qui me fait un boiter.
Je traine pas patte jusqu’à Besse où je fait halte à 15h30, j’hésite à poursuivre.
Finalement je reste au camping municipal en espérant que ça ira mieux demain.

Les photos du jour

20 juin, première chute !

20 juin, première chute !

Je suis parti samedi après-midi de Le Bourg-d’Oisans pour trois semaine de rando en commençant par le GR54 le tour de l’Oisans et des Écrins.
Pour après on verra bien.
C’est une courte étape mais qui grimpe bien et comme je ne suis pas très en forme je galère un peu, mais ça je m’y attendais.

Les photos du jour.

La petite explication pour ceux qui veulent…

Premier jour, première chute

Plus de peur que de mal, juste des égratignures !

Merci

Merci

C’est la fin de cette aventure et le moment de remercier ceux qui m’ont soutenu.

Jeanne, qui a supportée ma longue absence.

Olivier, sans qui ce blog n’existerait pas.
Son assistance technique et son amitié m’ont été précieuses

Tous mes amis et la famille qui en publiant des commentaires plus ou moins sérieux m’ont remontés moral quand j’en avais besoin.

Un remerciement spécial pour Renaud qui m’a beaucoup fait rire avec son explication de l’énigme des toilettes sèches sur deux étages.
Au fait la solution est très simple. Nous sommes à la montagne, il peut y neiger beaucoup alors seul l’étage supérieur est accessible grâce à la rampe.

Et tous les lecteurs plus ou moins assidu de mon blog.

Une dernière pensé à mes collègues que j’ai abandonné pendant un peu plus de cinq mois.

Un grand MERCI à vous tous ! 🤩

Bienvenu chez le conte de Champignac*

Bienvenu chez le conte de Champignac*

Une collection de champignon récolté tout au long du chemin. Certains ont des formes étrange, d’autre des tailles hors norme genre un bolet de quarante centimètres de diamètre.

*Cf la bande dessinée Spirou et Fantasio

R.I.P.

R.I.P.

Ne voulant inquiéter mon entourage je n’écrit ce post qu’une fois arrivé à bon port.

J’ai été bouleversé par l’accident mortel qui à cette année frappé un PCT hiker.

Il s’appelait Finn Bastian, un allemand de Preetz.
Finn avait seulement vingt-huit ans.

Alors qu’il traversait un pont avec ses amis un arbre pourri à sa base lui est tombé dessus lui brisant des côtes qui lui ont perforé les poumons.
Il est mort lors de sont transport à l’hôpital.


J’ai beaucoup pensé à ses compagnons , à sa famille et ses amis.

😆👍🎉

😆👍🎉

J153, samedi 21 septembre

Malgré une nuit pas très confortable ce matin j’ai la forme.

C’est le dernier jour sur le PCT, il nous reste six miles et demi jusqu’à la frontière puis treize kilomètres (au Canada ce ne sont plus des miles 😋) jusqu’à Manning Park d’où nous ferons, après y avoir mangé, du stop pour Vancouver.

Nous marchons d’un bon rythme, nous atteignons la frontière en un peu moins de deux heures.
Le temps d’une longue pause pour faire des photos, savourer le moment et la bière de la victoire (le champagne c’est trop lourd à porter) et nous partons pour Manning Park que nous atteignons pour le déjeuner.

Dix minutes de stop est nous sommes pris tous les trois, notre conducteur nous déposer à une soixantaine de kilomètres de Vancouver.
Encore dix minutes de stop à une station service et Aubi nous trouve une voiture pour me centre de Vancouver.

Il ne nous reste plus qu’à trouver un endroit où dormir.
C’est finalement ce qui s’avère le plus dur, tous les hôtels semble complet.

Finalement c’est encore Aubi qui nous trouve une auberge de jeunesse à vingt minutes a pieds de l’endroit où l’on nous a déposés.

Les photos du jour

Brouillard et soleil, enfin !

Brouillard et soleil, enfin !

J152, vendredi 20 Septembre

Après une nuit plutôt bonne, j’ai pas eu froid, c’est petit-déjeuner dans la tente et démontage d’un campement mouillé.

Il fait a peine 4°C quand nous partons avec un brouillard par moment très épais. Nous apercevons les premiers rayons de soleil vers onze heure, ensuite le brouillard se dissipe et la journée est nuageuse avec de très belles éclaircies.

Malgré les 10°C qu’affiche mon altimètre notre pause déjeuner au soleil est très agréable et nous en profitons pour enfin faire sécher nos affaires.

Ce soir nous plantons nos tentes à six miles et demi de la frontière canadienne et prenons, ensemble, un dernier repas en bivouac.

Demain c’est la fin, je ne le réalise pas encore.

Les photos du jour

Froid

Froid

J151, jeudi 19 septembre

Cette nuit a été difficile.
J’ai eu très froid pendant plusieurs heures car mon duvet était mouillé, il a fallu pour que je commencé a me réchauffer qu’il sèche un peu à la chaleur de mon corps.
La fin de la nuit fut meilleur mais du coup au réveil je suis fatigué.
Au réveil (4h30) il fait très froid dans ma tente (3,5°C) et encore moins dehors.

Du coup, alors que d’habitude je plie mon campement avant de prendre mon petit déjeuner, je sort vite récupérer mon sac de nourriture (accroché dans un arbre pour éviter que les rongeurs ou les ours viennent manger nos précieuses calories) pour prendre mon repas dans mon sac de couchage.

Quand je démonte ma tente celle-ci est détrempée et les arceaux sont couverts de glace.
Le temps de finir de plier mon campement j’ai les pieds et les mains gelés.
Il me faut une demi-heure de marche rapide pour commencer à me réchauffer.

Heureusement ce doit être aujourd’hui un « Sunny Day » faites la Ranger croisée hier, nous devrions donc pouvoir nous réchauffer et sécher nos affaires.

D’ailleurs rapidement nous apercevons le soleil et enlevons nous habits chauds.

Malheureusement cela ne dure pas, le brouillard et en vent froid nous contraignent à les remettre.
En guise de « Sunny Day » nous avons plutôt un « Foggy Day » suivi dans l’après-midi quand le brouillard se dissipe d’un « Cloudy Day »avec quelques rares éclaircis.

A la pause déjeuner nous étendons nos tentes pour qu’elles sèchent mais point de rayons de soleil et rapidement nous avons froid en étant statique.

Au bivouac le soir c’est chacun dans sa tente pour dîner afin d’échapper à la pluie, qui commence une fois nous tente plantées, et de se réchauffer un peu.

Les photos du jour

Surprises !

Surprises !

J150, mercredi 18 septembre

Ce matin un souci technique sur lequel je ne m’étendrai pas ma fait perdre pas mal de temps, je suis très en retard pour plier mon campement je risque de rater le bus.

Du coup je rempli mon sac n’importe comment et je n’ai pas le temps de soigner les pieds.
Dans le bus je commence à refaire mon sac mais ce n’est pas facile.
Une fois arrivé au point de départ du trail je n’ai toujours pas fini.
Du coup Aubi et Thomas partent dans moi.
Une fois prêt je tente, sous la pluie, de les rattraper mais ce matin j’ai pas d’énergie, je me traîne.

Première surprise :
Alors que la météo annonçais de la pluie toute la journée celle-ci cesse au bout d’une demi-heure et il ne pleuvra que quelques gouttes de temps en temps.
J’arrive même à la pause déjeuner à presque sécher ma tente.

Je traine tellement qu’à dix-huit heures trente je suis encore à trois miles de notre bivouac, je vais finir la journée à la lampe frontale.

Deuxième surprise :
Je croise une Ranger qui me dit, entre autre, que demain « it’s a sunny day ».
Super nous allons enfin pouvoir avoir chaud et sécher nos affaires !

Troisième surprise :
Un Trail Magic au parking avant les trois dernier miles.
Je m’y pause tente minutes le temps de boire un soda et manger quelques biscuits maison.

Résultat je marche la dernière heure à la lumière de ma frontale. Quand je rejoins Aubi et Thomas la nuit est déjà bien installé.
Le temps de monter mon campement il commence à pleuvoir et il fait 1,5°C. Je prépare mon dîner dans ma tente.

Les photos du jour

L’année dernière le PCT, à cause d’incendie, s’arrêtait à cette endroit.
Il ont fabriqué un mini monument pour les pauvres hikers qui n’ont pas pu aller jusqu’au bout.

Déceptions

Déceptions

J149, mardi 17 septembre

Après une nuit difficile car mon duvet mouiller avais perdu de sa capacité à tenir chaud il faut se lever pour affronter la journée.
Ce matin faut pas trainer, nous avons un rendez-vous à neuf heure quinze avec le « Shuttle » qui nous conduira à la station estivale de « Stehekin » où nous comptons nous reposer au sec dans un « Lodge » et y faire notre dernier ravitaillement avant le Canada.

Cette nuit pas de pluie, nos tentes ont séchées.
Mon réveil sonne quand soudain éclaté une grosse averse qui durera un quart d’heure.
Déception, c’est mort pour les tentes sèche mais c’est pas grave nous les ferons sécher au lodge.

Arrivé dans la station nous nous rendons a l’accueil du lodge. Re-déception bien que nous soyons en semaine et qu’il pleut il sont, juste aujourd’hui, complet.
Nous allons donc bivouaquer dans nos tente mouillées avec nous affaires humides.

Une fois notre camp installé nous allons faire notre « resupply » au seul magasin.
Re-re-déception le magasin n’a presque plus rien de ce que les hikers consomme habituellement. Par exemple pas de barre de céréales énergétique, pas de thon, pas d’amandes et autres noix, pas de Nutella,… .
Du coup nous nous rabatons sur les quelques barre sucré genre mars.

Nous allons ensuite à la maison d’informations des Rangers pour obtenir un permis (gratuit) de bivouac dans le parc de « North Cascade » réputé pour sa beauté. Re-re-re-déception il n’y a plus de place dans les campgrounds, nous allons être obligé de juste traverser le parc.

C’est vraiment pas notre jour d’autant qu’il pleuviotte suffisamment pour maintenir nos affaires mouillées.

Le bon côté c’est que nous avons quand même pu nous laver et faire une lessive.

Les photos du jour

PS: Ceci est le dernier post envoyé depuis les USA, dans quatre jours je devrais être au Canada d’où j’enverrai les autres posts.
C’est le dernier moment pour envoyer vos commentaires si vous voulez que je les lises avant mon retour demain matin dans la montagne.
Sinon ce sera une fois arrivé mais ça fait aussi plaisir.

Mal aux pieds

Mal aux pieds

J148, lundi 16 septembre

Au réveil ce matin il fait 10°C et il ne pleut pas.
Le ciel semble vouloir se dégager mais vu la région je reste quand même septique.

Finalement le plafon reste bas mais il ne pleut pas de la journée à part quelques gouttes et la température se maintient autour des 10°C.

La « bonne » météo et le chemin facile fait que nous poussons la journée, nous faisons vingt-huit miles et demi

L’après-midi est pour moi douloureux.
D’avoir les pieds constamment humides je commence à avoir des érosions cutanées au niveau des orteils, des talons et des chevilles plus quelques vieilles ampoules qui se réactivent.

Au bivouac avec le vent j’arrive a faire sécher la tente mais mon sac de couchage est trempé, la nuit risque d’être inconfortable.

Les photos du jour

Ma pire journée !

Ma pire journée !

J147, dimanche 15 septembre

Le réveil est sous la pluie mais il faut quand même plier le camp.

Il pleut sans discontinuer, avec le vent la température ressenti est très basse au point que nous ayons très mal aux mains.
Nos chaussures sont vite trempées et glacées.

Quand nous passons le col à 2000m il y faire 5°C avec un vent à décorner les boeufs ! Je grelotte !

Avec ce froid humide ils nous est très difficile de simplement défaire une attache de ceinture pour poser nos sacs à la pause déjeuner car nous n’avons plus de force dans les doigts.

Avec la pluie qui tombe et nos mains « paralysées » manger deviens un vrais calvaire.

Dans l’après-midi la pluie cesse presque bien qu’il reste quand même quelques averses assez forte. Nous avons du coup beaucoup moins froid sauf aux pieds, chaussures gorgées d’eau oblige.

Le bivouac est très inconfortable dans nos tentes mouillées.

Les photos du jour