Archives de
Month: juillet 2022

Course contre la pluie

Course contre la pluie

J17, lundi 27 juillet

J’en ai raz le bol de la pluie !

La météo prévoyant de la pluie parfois intense dès onze heure je décide de me lever à quatre heures pour arriver à l’hôtel à Kautokeino avant d’être trempé.

Ça commence bien à peine réveillé une grosse averse non prévu, il ne devait pas pleuvoir cette nuit-jour.

Pour une fois je plie mon campement assez rapidement, ma tente trempée séchera à l’hôtel.

Un coup d’œil à la météo qui confirme l’arrivée de la pluie pour onze heure et me voilà parti.

Six heures pour faire dix-huit kilomètres avec mon témoin en vrac c’est possible mais faut pas que je traine.

Le ciel n’a rien de menaçant et pourtant la perturbation ne va pas tarder.

Le chemin qui est encore sur une bonne partie une piste carrossable m’aide un peu.

Arrivé le moment où le chemin qui le piste pour un chemin de terre qui longe la Kautokeino Elva.

Malgré une demi heure à chercher ce chemin pas moyen de le trouver ! Quelques fois dans ce pays j’ai l’impression d’être David Vincent.

Aux de Kautokeino timbres les premières gouttes, mon parapluie suffit à me protéger.

Du coup je retourne sur la piste, les pieds humides des gouttes de pluie sur les plantes, et rejoint la ville par des chemins mieux tracés.

J’arrive à l’hôtel, le temps de rejoindre ma chambre le déluge commence !

Je prend une douche, j’ai faim mais pas question de sortir suis cette grosse averse. Je met donc au lit avec ma liseuse pour attendre la fin de l’averse.

Je m’endors.

Réveillé par la faim, la grosse averse est fini. Je sort manger et faire les courses pour le suite du périple.

De retour à l’hôtel l’hôte d’accueil me dit que le sauna sera en fonctionnement à 17h00.

Je mets une chaîne de radio jazz sur la télé et m’installe pour lire en attendant d’aller suer un bon coup.

Je m’endors.

Un p’tit sauna, une douche froide et je retourne lire une petite demi-heure environ attendant l’ouverture du restaurant.

Je m’endors.

Il faut croire que j’étais quand même bien fatigué.