Archives de
Mois : août 2019

Here’s Johnny ! (Johnny est là !)

Here’s Johnny ! (Johnny est là !)

J128, mardi 27 août

Aujourd’hui c’est une journée un peu spéciale.
Nous avons prévu d’arriver vers midi au « Timberline Lodge » afin de déjeuner au buffet réputé le meilleur du PCT.

Je démarre tôt, avec une bonne allure jusqu’à deux milles avant l’arrivée au Lodge ou je suis ralenti par le chemin qui de terreux devient du sable.
Finalement j’arrive au Lodge pour midi et demi.

Nous ne quittons la table qu’à quatorze heure l’estomac rempli pour nous glisser jusqu’aux chaises longues sur la terrasse pour une bonne sieste.

Nous ne remettons qu’à seize heures. Du coup les vingt-cinq miles du jour se transforme en vingt miles, il faudra récupérer les cinq miles manquant les jours suivants.

Ce Lodge est connu pour avoir hébergé le tournage d’un film culte.

Le jeu concours du jour : trouver le titre du film (sans utiliser Internet).
Le premier à trouver gagne une projection à la maison (ou au cinéma) accompagné d’un apéro-dîner.

Pour les indices allez voir les commentaires

Les photos du jour

Le mont « Hood »

La forme

La forme

J127, lundi 26 août

Au réveil il fait froid et il y a beaucoup d’humidité mais pas au point de détremper ma tente.
Mon bivouac plié je démarre la journée avec énergie sur un chemin roulant… Les miles défilent.
A la deuxième partie de la matinée Thomas me rejoins et nous finirons la journée ensemble toujours au même rythme, environ trois miles par heure.
Nous arrivons au bivouac vers dix-sept heure, ce qui est tôt pour moi ! 😄

Les jours se suivent mais ne se ressemble pas !

Les photos du jour

Nous rentrons dans l’espace des loups ! J’espère en voir un même si c’est peu probable.

Le monstrometre

Dur matinée

Dur matinée

J126, dimanche 25 août

Le démarrage ce matin est très dur. Le thermomètre affiche 4,3°C, ma tente et gorgée d’humidité, le vent souffle fort et je suis gelé.

Heureusement j’ai fait du thé qui me réchauffe les mains et le corps car comme de bien entendu je ne récupère mon équipement hivernal qu’un fois arrivé à Cascade Locks dans quelques jours.

Une fois mon sac fait c’est me moment d’attaquer la montée raide (pour l’Oregon) et là je cale je fait difficilement deux milles en une heure.
La deuxième heure j’arrive laborieusement à augmenter mon rythme pour faire deux milles et demi ! Youpi 🙁.

C’est le moment de la pause de huit heure, Thomas me rejoint il a autant de mal que moi.
Nous repartons ensemble, deux heures et deux chutes de Thomas plus tard, pour la seconde pause de la matinée nous n’avons fait que neuf miles au lieu des onze à douze miles habituel.
A ce rythme nous ne sommes pas arrivé !

Heureusement le terrain devient plus roulant et nous décidons de forcer l’allure afin de rattraper un peu notre retard.
A la pause déjeuner nous avons parcouru quinze miles et demi ce qui est correcte.
Au final nous arrivons au bivouac à une heure raisonnable mais exténués.

Les photos du jour

Hors la loi !

Hors la loi !

J125, samedi 24 août

Nous repartons sur un rythme de plus ou moins vingt-cinq miles par jour. Ce soir nous devrions bivouaquer au bord du « Russell Lake ». C’est une journée qui se déroule sans problème, le chemin est roulant et les miles s’enchaînent tranquillement.

La zone du « Russell Lake » est protégée, on ne peut bivouaquer que dans des endroits désigné et les rangers veille au grain (Thomas c’est fait contrôler).

Ce que nous n’avions pas prévu c’est que c’est samedi et qu’il y a plein de campeur, du coup plus de place pour les hikers.
Courageusement nous bravons l’interdit est plantons nos tentes au bord du lac ! 😨 (Pourvu qu’un ranger ne passe pas !)

Les photos du jour

« Traquenard »

« Traquenard »

J124, vendredi 23 août

Après une grasse matinée et un petit-déjeuner tardif (09h00) il nous reste à faire la lessive,les courses, passer à la poste nous envoyer un colis de ravitaillement au « Timberline Lodge » où nous passerons dans quatre jours, changer les pointes de mes bâtons qui se sont fait grignoter par les riches volcaniques et sans oublier de déjeuner.

Nous voulions partir en début d’après-midi pour faire une dizaine de miles mais le temps de faire tous ça nous commençons le stop vers seize heure.
Il nous faut à cinq minutes pour être pris en stop.

Une fois sur le sentier nous avons à peine le temps de marcher cinq minutes que nous tombons sur un traquenard, un « Trail Magic » avec soda, bière, fruit frais, confiserie et sandwich tosté au fromage (délicieux 😄) et un « Trail Magic » ça ne se refuse pas !

Le temps passant nous décidons de faire juste cinq miles.

J’ai un peu de mal à suivre le rythme de Thomas et Joris qui me laisse en arrière. Cinq miles plus loin point de Joris ou de Thomas me laisse un message sur le sol.

Bon ben il ne me reste plus qu’à continuer même si le soleil commence à être bas sur l’horizontal.
Au final nous aurons fait huit miles.

Les photos du jour

2000 !, Quatre mois et un « Ride Magic »

2000 !, Quatre mois et un « Ride Magic »

J123, jeudi 22 août

Aujourd’hui c’est une étape de vingt-six miles qui nuits conduira jusqu’à la Highway pour aller dormir à Sister.

C’est une journée un peu spécial.
Aujourd’hui cela fait quatre mois que j’ai commencé à marcher sur le PCT, j’attaque mon cinquième et j’espère dernier mois.
De plus nous allons franchir successivement la limite des trois-quart du PCT et le chiffre symbolique des deux milles miles.

Le chemin s’avère moins facile qu’attendu, une bonne partie ce déroule dans une zone de coulée de lave très abrasive (mes bâtons n’y résistent pas) avec beaucoup de pierres qui roulent sous les pieds, tordent les chevilles et les genoux. La progression y est plus délicate et donc plus lente.

Arrivé à la Highway nous faisons du stop une vingtaines de minutes, un « Truck » conduit par une femme nous croise, elle nous salut. Cinq minutes plus tard elle passe dans l’autre sens, encore cinq minutes le voilà qui repasse devant nous et se gare pour nous prendre !

Summer et son Truck

Les photos du jour

Un observatoire d’orientation construit dans les années trente.

Joris face à la montagne.

Pluie ?

Pluie ?

J122, mercredi 21 août

Aujourd’hui c’est une étape de vingt-cinq miles.

Hier soir le ciel à commencé a se couvrir.
Rémi qui avais du réseau au bivouac nous a annoncé pour demain à partir de quatorze heures 60% de risque de pluie.
Ça nous laisse une chance raisonnable de rester au sec.

Nous partons donc espérant avoir de la chance.
Plus nous avançons dans la matinée plus le ciel se couvre.
Lors de la pause de dix heures Rémi nous rattrape (je marche avec Thomas) et nous annonce que les prévisions météo ont changé.

C’est maintenant 80% de risque de pluie et à partir de midi.
Du coup nous avançons la pause déjeuner à onze heures trente pour au moins manger au sec.
Midi moins le quart les premières gouttes !

Il va pleuvoir ainsi, plus ou moins fortement, jusqu’à seize heures. J’arrive à seize heures trente au bivouac trempé.

J’installe mon campement pendant qu’il ne pleut pas, il y a même un brin de soleil suffisant pour commencer a sécher nos affaires.

Dix-neuf heure le dîner et pris et la pluie reprend, chacun se réfugie dans sa tente pour la nuit.
Jusqu’à trois heures les averses vont se succéder.

Les photos du jour

Malheureusement à cause de la pluie je n’ai pas pu faire de photos des obsidiennes de « Obsidian Falls »

Une journée sans histoire, encore

Une journée sans histoire, encore

J121, mardi 20 août

Aujourd’hui c’est une petite journée de vingt-cinq miles sans sans difficulté ni de problème d’eau.

Je vous refait le coup ?

Ben voilà y a pas d’histoire ! 😋

Les photos du jour

Tête de linotte

Tête de linotte

J120, lundi 19 août

Ce matin c’est grasse matinée, je me lève à sept heures ! 😄

Une fois mon camp remballé je me dirige vers le restaurants où les amis doivent déjà y être prenant le petit-déjeuner.
Manque de chance, encore, le restaurant est fermé ce jour! Heureusement la boutique est ouverte, ce sera donc gâteaux et thé glacé en guise de petit-déjeuner.

Miracle la wifi fonctionne bien mieux, j’arrive a télécharger une photo sur le blog.
Du coup je décide non plus de partir vers neuf heures mais plutôt vers dix heures pour mettre à jour le blog.
Il me faut trois-quarts d’heures pour télécharger treize photos !

Le reste du blog ce sera pour plus tard car il est temps de ramasser mes affaires et de partir faire les vingt miles du jour.

Deux milles et demi plus loin je me rend compte que j’ai oublié mon livre électronique ainsi que mon « footprint » (ça protège le dessous de la tente) sur la table du campground. 🤯

Du coup me voilà contrains de faire un aller et retour de cinq miles, la journée de vingt miles devient une journée de vingt-cinq miles et au lieu d’arriver tôt au bivouac n’y arrive vers dix-neuf heures

Les photos du jour

Agression

Agression

J119, dimanche 18 août

Comme d’habitude je part du bivouac avant l’aube pour une étape de vingt-sept milles jusqu’en jusqu’au « Shelter Cove Lodge » où nous comptons nous y ravitailler, se laver, faire une lessive et manger au restaurant.

Celà fait maintenant trois heures que je marche, je longe le « Summit Lake » qui très fréquenté par des campeurs qui y accèdent en voiture.
Soudain j’aperçois un loup blanc ! Je me fige et réfléchi très vite.
Un loup blanc si au sud, bizarre et en plus dans une zone très fréquenté par les humain, ce soit être un chien. J’en ai confirmation quand mon loup se met à aboyer, c’est bien un chien.

Celui-ci descends sur la route, montre ses crocs et viens vers moi en grognant puis en aboyant. Je ne suis pas rassurée.
Je pointe mes bâtons vers lui pour le maintenir à distance et dit à son maître de rappeller son chien.
Son maître, tasse de café à la main, l’appelle sans grande conviction et évidemment le chien ne bouge pas.
Je m’énerve lui redemande plus vivement de rappeller son chien, rien n’y fait.

Très énervé je hurle sur le chien qui surpris, la queue entre les pattes, recule puis va vers son maître.
La peur à changé de camp !

Après ça très en colère, ce qui m’arrive rarement, j’ai copieusement incendié le maître qui est incapable de contrôler son chien et le laisser divaguer.

Heureusement le reste de la journée sera beaucoup plus calme et agréable.

Arrivé au Lodge vers dix-huit heures il est plus que temps de faire notre ravitaillement la boutique fermant à dix-sept heures.
Une fois les courses faites je sort pour installer mon bivouac et au passage récupérer mon chapeau laisser à l’extérieur. Surprise, j’ai une petit squatteurs qui y faut un brin de sieste.
Elle ne quittera mon chapeau qu’une fois la nuit tombée.

Je reviens à dix-sept heures trente pour manger au restaurant.
Pas de chance il ferme le dimanche une heure plus tôt ! Bon on se rattrapera demain au petit-déjeuner.

Les photos du jour

Trail Magic Burger

Trail Magic Burger

J118, samedi 17 août

Aujourd’hui c’est une courte journée de vingt-cinq miles sans beaucoup de dénivelé mais avec toujours aussi peu d’eau.

Ce matin j’ai la forme et j’avance vite.
Comme le chemin est principalement sous les arbres et qu’il ne fait pas trop chaud je décide de me ravitailler en eau après le déjeuner dans une « water cache »

Je m’installe donc pour déjeuner rapidement rejoint par Thomas, Joris et Rémi ont du s’arrêter avant. Des SOBO nous signale qu’à la « water cache » il y a un « Trail Magic »

En effet quatre miles plus loin, à la « Wendigo Pass » en plus de la « water cache » nous attendent deux couples qui ont installé des chaises pour les PCT hikers afin d’être confortablement installé pour déguster le burger qu’ils nous préparent, un des meilleurs que j’ai mangé sur le PCT.
Ils nous proposent en plus bières et sodas, chips, fruits frais, gâteaux…
Un authentique « Trail Magic »

L’équipe de Trail Angel

Thomas et moi nous installons confortable en attendant Rémi et Joris qui arrive une heure plus tard. Au final nous y resterons près de trois heures.

Même si nous y sommes bien il faut quand même poursuivre notre route pour arriver au bivouac à une heure pas trop tardive.

Au bivouac une fois mon camp installé je vérifie mes épaules.
Toute la journée j’ai porté mon sac sur l’extérieur des épaules, ce qui n’est pas très confortable, pour soulager les zones inflammées.

Nouveauté, j’ai maintenant une grosse phlyctène sur chaque épaule !

Je pense que c’est du à l’anti-moustique dont j’ai aspergé mon teeshirt comme indiqué sur les consignes d’utilisation.
J’ai eu soit une brûlure chimique, soit une réaction allergique.

Les photos du jour

Le point le plus haut du PCT en Oregon.

Une indication pour ce rendre à l’étang où nous trouverons de l’eau et un espace où bivouaquer.

Retrouvaille

Retrouvaille

J117, vendredi 16 août

Aujourd’hui nous partons pour une journée de trente miles sans point d’eau mais d’après les SOBO (SOuth BOunder, ceux qui vont vers la frontière Sud) les deux « water cache » sont pleine donc nous n’aurons pas de problème d’approvisionnement.

Après une bonne douche et une nuit pas très reposante (à cause du bruit mais surtout de la fumée des feux de camp que le vent rabattais sur nous) passé au campground de « Mazama Village »nous partons de nuit pour voir le levé de soleil sur le « Crater Lake ».

Nous avons malheureusement sous-estimé le temps nécessaire pour monter au lac et nous ratons les premiers flamboiements mais la suite du spectacle est magnifique.

Rémi qui nous avais quitté pour retrouver sa famille pour son anniversaire devrait nous rejoindre aujourd’hui.

Le chemin est roulant et, à part le foisonnement de moustiques, très agréable.

Je m’arrête au torrent un peu avant le bivouac pour faire le plein d’eau. Je pose donc mon sac et là les deux épaules, à l’endroit où les bretelles du sac repose, se mettent à me brûler fortement.
A force de palpation et de contorsions je me rend compte qu’à ces endroits mes épaules sont rouge, chaudes, gonflées et douloureuses.

Je remet tout de même mon sac à dos et me rend au bivouac tout proche où j’y retrouve Joris, Thomas et Rémi 😄.

Les photos du jour

Une journée sans histoire

Une journée sans histoire

J116, jeudi 15 août

Nous bivouaquons ce soir au « Mazama Village » qui est un gros campground au pied du « Crater Lake » avec douche, restaurant et boutique où nous allons nous ravitailler pour les quatre prochain jours.

Sinon ben voilà y a pas d’histoire ! 😋

Les photos du jour

Le retour des moustiques

Le retour des moustiques

J115, mercredi 14 août

C’est encore fatigué des trente-deux miles d’hier que je démarre une journée de vingt-sept miles ! C’est encore une étape où l’eau se fait rare et avec du dénivelé. Bien qu’il n’y ai pas d’eau sur le sentier il y a des lacs et des étangs aux alentours et avec ces eaux stagnantes viennent les moustiques alors nous n’en n’avions plus depuis un moment.

Après quelques piqûres il est temps de mettre du répulsif.
Il semblerai que nous nous soyons habitués aux piqûres car au bout d’une demi-heure, si nous ne les grattons pas, la démangeaison disparaît.

La fin de journée est dur, j’ai très mal aux pieds, le chemin est raide et très caillouteux ce qui n’arrange pas mes pieds mais il faut quand même serrer les dents et avancer jusqu’au bivouac.

Les photos du jour

32 !

32 !

J114, mardi 13 août

Ce matin je me prépare à effectuer mon plus long périple.
Je me lève comme d’habitude à 04h00 pour un départ vers 05h00 car la journée risque d’être longue.

En effet sur cette option du PCT il y a encore moins d’eau que dans le désert.
Il y a un point d’eau à vingt-deux miles et un autre à trente-deux.
Le premier c’est un peu court si on veux avancer pour ne pas être rattrapé par la neige dans l’état de Washington.
Le deuxième c’est un peu long mais ça peut ce faire.

La journée ce déroule sans embûche et nous arrivons en début d’après-midi au refuge, à vingt-deux miles, qui est équipé d’une pompe.
Celle-ci est cassé mais bien heureusement Joris avec l’aide de Thomas réussissent à la faire fonctionner.
Vu l’heure nous décidons de pousser jusqu’au trente-deux miles.

J’y arrive vers dix-neuf heures épuisé mais content d’avoir su repousser mes limites même si je ne ferai pas ça tous les jours !

Les photos du jour