Le feu et la neige

Le feu et la neige

J12, vendredi 03 mai.

Objectif du jour atteindre Idyllwild si possible avant 17h00 pour faire le plein de nourriture, prendre une nuit dans un hôtel afin d’être propre et de faire une lessive.

Je part donc avec le lever de soleil. Assez rapidement je me rend compte que la journée va être physique avec beaucoup de dénivelés (je suis enfin dans de la vraie montagne, le point culminant du jour sera à 2550m)

et peu de point de ravitaillement en eau car beaucoup sont déjà asséchés.
Heureusement la « Appache Spring » coule toute l’année.

Le paysage est comme d’habitude très sec avec de vaste étendue ou l’on vois encore les stigmates des incendies des années précédentes mais la végétation petit à petit reprend racine. Puis soudain passant sur l’autre versant de la montagne surgit un paysage de désolation.

Toute la montagne a brûlé, il ne reste que les squelettes de grands sapins qui ont du être magnifiques. Plus rien ne vie. 😭

J’accélère le pas pour échapper à ce désastre hélas à chaque détour c’est le même spectacle déprimant. Cela pendant plusieurs heures, et bien sûr pas d’ombre.
Pour compliquer la chose beaucoup de ces gros arbres sont tombés en travers du chemin obligeant à des détours abruptes, à ramper dessous ou à des contorsions pour passer dessus.

Du coup je transpire beaucoup et bien sûr je rate la « Appache Spring » car le panneau indiquant la source à brûlé. Je vais marcher pendant trois-quart d’heure sans eau, la bouche desséchée.

Mon salut viendra de l’ombre offert par la végétation de cette portion de montagne qui a échappé à cette catastrophe, des premiers névés

et de la source non répertoriée que je vais y trouver.

Ces névés si agréables pour étancher ma gorge brûlante vont vite s’avérer un obstacle tant il y en a.

Avec tous ces événements qui m’ont ralenti j’arrive à Idyllwild non pas à 17h00 comme je l’espérais mais à 19h00.

Juste le temps de trouver une chambre d’hôtel, avec kitchenette et bain à bulles, que je partage avec Rémi (voir les postes précédents) et il est trop tard pour les courses.

A la pizzeria où je vais manger ma première pizza américaine

j’y croise beaucoup de hikers qui ont tous souffert durant cette journée et qui prennent un « zéro day ».
Du coup je me pause la question vais-je moi aussi prendre « zéro day » ou un  » near-O day ». Une chose est sur demain je me repose.

Les photos du jour (il n’y en a pas beaucoup)

Le lac Hemet, ça donne envie d’y plonger tellement il faut chaud 😅, et pourtant je n’aime pas l’eau froide !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *